Normandie : avec Hervé Morin, approximation, reniement et augmentation des dépenses

Depuis son élection d’extrême justesse à la tête de la nouvelle Région Normandie, Hervé Morin s’est surtout distingué par une opération de communication sur une « fausse baisse » des indemnités des conseillers régionaux,  le renoncement à sa promesse d’arrêter de cumuler les mandats et une forte augmentation de recrutement à la direction  de la Région avec de nombreux et coûteux avantages en prime…

Communication sur une « fausse baisse » des indemnités

Tout juste élu Président de la Normandie, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy avait annoncé que les indemnités des conseillers régionaux baisseraient de 40 % par rapport au plafond légal. Problème de communication, question de rhétorique… Il fallait plutôt comprendre que les conseillers régionaux ne seraient pas augmentés des 40 % auxquels ils auraient pu prétendre eu égard à la taille de la Région, de son nombre d’habitants.

Député, Président de communauté de commune, Président de Région…

Mr Morin, a démissionné de son poste de maire d’Epaignes (Eure), mais reste Député, Président de communauté de commune et bien sûr Président de la Région Normandie alors qu’il s’était engagé pendant la campagne des Régionales à démissionner de ses autres mandats s’il était élu.

Un état-major à grands frais pour Hervé Morin à la Région Normandie

Mr Morin et sa majorité de droite ont fait augmenter les coûts de fonctionnement de la Région, au profit non pas d’agents modestes mais de sa garde rapprochée.

Le rapport, voté le 28 janvier 2016 par l’assemblée régionale a de quoi interpeller. Il crée huit « emplois fonctionnels de direction » au sein du Conseil régional normand, avec un directeur général des services (DGS) et sept directeurs généraux adjoints (DGA), contre deux DGS et trois DGA précédemment dans les deux régions. Au regard des impératifs d’économie au sein de l’administration régionale martelés par Hervé Morin pendant la campagne électorale, mais aussi du contexte général, cela laisse perplexe…

Ainsi, la collectivité offre un joli matelas d’avantages à ces directeurs et au directeur de cabinet présidentiel : logement de fonction (« avec gratuité des dépenses accessoires : eau, gaz électricité, chauffage, téléphone et garage le cas échéant »), véhicule de fonction (« avec gratuité des prestations accessoires : carburant, entretien courant, réparation, assurance ; le bénéficiaire conserve la jouissance du véhicule pour tout usage en dehors du service »), indemnité pour frais de représentation (« plafonnée à 900 € bruts mensuels ») et prime de responsabilité (« au taux maximal de 15 % du traitement indiciaire accordé au directeur général des services »).

L’ancien Directeur Général des Services (DGS) du Département du Calvados et désormais de la Région Normandie, va également bénéficier d’un logement de type T5 situé à Caen, ainsi qu’un véhicule de type Peugeot 3008.

 

Approximation, reniement, maintient du cumul des mandats et augmentation des dépenses pour Hervé Morin pour ce début de mandature à la tête de la région Normandie. Tout va bien à droite…

 

6 Commentaires le Normandie : avec Hervé Morin, approximation, reniement et augmentation des dépenses

  1. 6 ans cela va être long……

  2. ET C EST PAS FINI …

  3. … on peut donc le traiter de « trou-du-cul » puisque comme il l’a fait remarquer, ce n’est pas insultant !…

  4. C’est comment il a dit ?? … AH OUI !! Affectueux…

  5. Il a gagné d’un cheveu grâce à la mobilisation des électeurs ruraux pendant l’entre-deux tour. C’était une divine surprise pour lui qui partait battu d’autant que la gauche avait un bon bilan et a emporté toutes les villes.
    Il a la réputation même dans son propre camp d’être assez mauvais et de ne pas briller par sa perspicacité mais il est persévérant.

    Cela a payé

  6. Sans être partisan d’un parti politique , je trouve scandaleux l’installation du conseil régional à Caen . C’est bien dommage que le gouvernement de gauche n’est pas obligé et même choisi un site unique pour l’ensembles des fonctions et administrations liées à la capitale et ainsi permettre de vraies économies . C’est à regretter un rapprochement avec l’idf ou le choix du site du conseil régional aurait pu pencher pour Rouen. C’est bien dommage que les élus Rouennais n’est pas été plus visionnaires . A moins qu’ils aient encore qqes cartouches pour faire plier Morin, ou pour faire annuler l’élection
    J’espère !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*