Loi Travail : Rester mais résister

Tribune publiée sur Normandie Actu

Loi Travail et 49-3 : Tribune de 60 responsables, élu(e)s et militant(e)s socialistes de Seine-Maritime

« RESTER MAIS RÉSISTER »

Des attaques internes au Parti Socialiste – injustifiées – se sont intensifiées ces derniers jours sur ce qu’on appelle maladroitement les « frondeurs » qui seraient la cause de l’utilisation du 49-3 dans le cadre de l’examen par l’Assemblée Nationale de la Loi El Khomri, dite Loi Travail. La manœuvre est grossière et peu crédible de la part de ces quelques dirigeants. S’en aperçoivent-ils seulement ? Les députés, élus et militants qui expriment leur désaccord et proposent une autre voie, à gauche tout simplement, ne sont pas un problème mais bien une solution.

Nous rappelons que cette loi comporte certes quelques avancées (qu’il faut garder dans un projet de loi à part) mais surtout de nombreux reculs qui préparent le terrain à la droite revancharde, l’inversion de la hiérarchie des normes notamment. Cette loi n’a été validée par aucune instance du Parti Socialiste ni même – vue son importance – lors des primaires de 2011 ou au sein du programme de 2012 (sur lequel il reste encore du travail à accomplir). Il n’y a eu qu’une petite semaine de débat seulement au Parlement où nombre de députés socialistes souhaitaient défendre des amendements intéressants – frondeurs ou non – après des semaines de mobilisations sociales importantes. Aucune obstruction n’est faite par la Gauche, au contraire de la Droite sur d’autres textes, et le débat parlementaire est crucial au bon fonctionnement de la démocratie.

Le rejet de ce projet de loi est fort dans l’opinion (7 Français sur 10). Vient s’ajouter une annonce désastreuse et inadmissible sur le plan démocratique de l’utilisation du 49-3 qui, comme le disait François Hollande, est « une brutalité et un déni de démocratie », le jour même du 10 mai, anniversaire de la victoire de François Mitterrand en 1981 et – timing parfait – en même temps que la présentation du désastreux et régressif projet économique d’Alain Juppé. Certains diront qu’il vaut mieux un projet imparfait mais moins de Droite que les ultra-libéraux. Nous disons qu’il faut un projet de Gauche, ni plus, ni moins. Hors de question de soutenir le Gouvernement Valls qui a gravement dérivé sur le plan économique vers le libéralisme et qui attaque une seconde fois le fonctionnement démocratique de nos institutions alors que nous devions supprimer cet article 49-3. Les mots sont durs ? Ils sont mérités.

Un vrai combat doit avoir lieu au sein même de notre Parti, et nous l’avons déjà engagé, un combat sur les valeurs et sur les principes, mais aussi avec toute la Gauche, les communistes, écologistes et radicaux, nos partenaires d’hier et de demain. Le Parti devait redonner un souffle à la Gauche depuis le Congrès …or il l’essouffle. Il est vraiment temps de changer d’ère, de réorienter clairement à Gauche ce Gouvernement… mais nous ne croyons plus cela possible. Il a perdu encore beaucoup de soutiens en quelques jours. Le nôtre était devenu très faible sur les questions économiques, il est totalement inexistant maintenant. Comme celui de beaucoup d’autres camarades socialistes.

Nous allons poursuivre à la fois une forte mobilisation, un travail de conviction et de propositions pour ne pas laisser les adhérents déboussolés dans le désarroi – de nombreux nous ont contactés pour ne pas rendre leur carte du PS – et continuer d’œuvrer avec tous les progressistes, politiques, syndicaux, associatifs et citoyens, pour toujours associer ensemble l’efficacité économique, la justice sociale et le respect de l’environnement, ce triptyque essentiel qui fait et fera encore demain l’identité de la Gauche.
Respecter les citoyens, les organisations syndicales et les institutions. Restaurer la confiance pour rassembler. Résister pour ne pas se résigner.

Tribune Loi travail socialistes seine maritime fontaine perchepied slimani hardy branchereau mouret auvray de falco jeanne vincent mouillard

Signataires :

AFIOUNI Nada, membre du Conseil Fédéral du PS 76, conseillère municipale de Montivilliers
AUVRAY Valérie, membre du Conseil Fédéral du PS 76, conseillère municipale d’Elbeuf
AUZOU Danièle, adjointe au maire de Saint Etienne du Rouvray
BELLONCLE Philippe, militant de Notre Dame de Gravenchon
BENNETOT Jacques, membre du Conseil Fédéral du PS 76
BRANCHEREAU Jean-Claude, militant socialiste de Sotteville les Rouen, syndicaliste
BRICOT Henri, militant du Houlme
CARRE Sylvie, militante de Sotteville Les Rouen, syndicaliste
CHANAL Béatrice, militante de Sotteville Les Rouen
CHANAL Jean-Patrick, militant de Sotteville les Rouen
CHANDELIER Lionel, militant de Doudeville
COLOMBEL Réjane, conseillère municipale de Saint Etienne du Rouvray
COMMIN Rémi, militant MJS, syndicaliste UNEF
DE FALCO Eric, ancien conseiller général et militant de Rouen
DEFOUR Alain, secrétaire de la section d’Oissel
DELAHAIS Bruno, militant de Saint Etienne du Rouvray
DOUILLET Patrick, conseiller municipal de Pavilly
EMERAUD Yannick, membre du Bureau Fédéral du PS 76
FONTAINE David, membre du Conseil National du PS et du Bureau Fédéral du PS 76, président du groupe des élus PS de Saint Etienne du Rouvray
GUEST Yves, adjoint au maire du Houlme
GREVRAND Dominique, militant socialiste de Saint Etienne du Rouvray, délégué syndical CFDT
GROISELLE Daniel, militant socialiste d’Elbeuf
HARDY Antoine, conseiller municipal de Maromme
HARDY Didier, adjoint au Maire de Maromme
HUBART Pascale, conseillère municipale de Saint Etienne du Rouvray
JEANNE Patrick, ancien maire et conseiller général de Fécamp
KASSEN Ali, militant de Saint Etienne du Rouvray, délégué syndical CFDT
LACAILLE Denis, militant de Petit Quevilly, syndicaliste
LAGE Samia, conseillère municipale de Saint Etienne du Rouvray
LALANNE Jean-Pierre, militant de Rouen
LAUNAY Daniel, conseiller municipal de Saint Etienne du Rouvray, ancien délégué syndical FO
LECOMTE Pierre, conseiller municipal de Rouen
LEGAY Isabelle, conseillère municipale du Houlme
LEMIEUX Christian, militant de Caudebec en Caux
LEMIEUX Ludovic, militant d’Elbeuf
LHOTE Stéphane, militant de Rouen
LUCAS Loïc, ancien Vice-président étudiant de l’université de Rouen, militant de Saint Etienne du Rouvray, syndicaliste
MACQUOY Christian, membre du Conseil Fédéral du PS 76, secrétaire de section de Saint Pierre de Varengeville-Duclair-Val de Seine
MICHEL Pierre, militant de Sotteville les Rouen
MOBA Gabriel, conseiller municipal de Saint Etienne du Rouvray
MONROSE Marie-Ange, conseillère municipale du Houlme
MORISSE Patrick, adjoint au maire de Saint Etienne du Rouvray, délégué syndical CFDT
MOUILLARD Arnaud, secrétaire de la section de Pavilly
MOURET Olivier, membre du Conseil National du PS et du Bureau Fédéral du PS 76, président du groupe des élus PS de Rouen
OLIVIER Catherine, conseillère municipale de Saint Etienne du Rouvray, délégué syndical CGT
PAWELSKI Léa, adjointe au maire de Saint Etienne du Rouvray, membre du Bureau Fédérale du PS 76
PERCHEPIED Juliette, membre du Conseil National du PS et du Bureau Fédéral du PS 76, conseillère municipale de Fécamp
RAMAROSON Thérèse-Marie, conseillère municipale de Saint Etienne du Rouvray
ROBERT Jérôme, membre du Bureau Fédéral du PS 76, conseiller municipal de Bois Guillaume
SANDOZ Christiane, militante de Fauville en Caux
SCHAPMAN Philippe, conseiller municipal de Saint Etienne du Rouvray
SCHUFT Jean-Claude, militant de Goderville
SCICLUNA Antoine, conseiller municipal de Saint Etienne du Rouvray
SEBIRE Jean-Jacques, conseiller municipal du Houlme
SIMON Aurélien, militant de Fécamp
SLIMANI Laura, présidente du mouvement des jeunes socialistes européens, conseillère municipale de Rouen
TAGNITSAP Emmanuel, secrétaire de la section de Doudeville
THEVENOT Maryse, militante de Fécamp
TREGOAT Jérôme, militant de Saint Etienne du Rouvray
VINCENT Nicolas, secrétaire fédéral du PS 76

 

5 Comments

  1. Je vous pense tous sincères… ceci dit pour convaincre les électeurs ça va être dur, ceux qui sont en poste ont trop déçu et plus encore !!!

  2. L’objectif de la Loi Travail n’est pas nécessairement de créer de l’emploi, l’objectif c’est de changer le paradigme sociale en France, c’est d’assouplir la colonne vertébrale des salariés français. Dorénavant ce sont les entreprises qui fixent les règles.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*