Mohamed Ali : disparition d’une légende de la boxe #TheGreatest

Le monde de la boxe est en deuil : Mohamed Ali, né Cassius Clay, 74 ans, s’est éteint cette nuit. Il se battait depuis 32 ans contre la maladie de Parkinson mais l’héritage qu’il laisse derrière lui ne semble pas prêt de s’éteindre.

En 1967, trois ans après avoir remporté le championnat des poids lourds, il est critiqué pour son refus d’être enrôlé dans l’armée américaine par opposition à la guerre du Vietnam. Mohamed Ali est arrêté et reconnu coupable de fraude.

Il n’est pas emprisonné, mais dépossédé de son titre mondial et de sa licence de boxe. Il ne combat plus pendant près de quatre ans, jusqu’à ce que son appel soit finalement reçu par la cour suprême américaine.

Surnommé The Greatest, Mohamed Ali devient le premier triple champion du monde poids lourds. Plusieurs de ses combats de boxe sont qualifiés d’historiques.

Mohamed Ali, n’était pas uniquement une machine de guerre sur le ring. Le boxeur est notamment passé à la postérité pour ses phrases tantôt saignantes, tantôt lucides et politiquement engagées :

Aux adversaires qui souhaitaient le défier pour lui ravir le titre de champion des poids lourds: « Si tu rêves de me battre, tu ferais mieux de te réveiller et de t’excuser ».

Avant son combat mythique à Kinshasa contre George Foreman: « J’ai lutté avec un alligator, bataillé avec une baleine, menotté l’éclair, enfermé la foudre. La semaine dernière, j’ai assassiné un caillou, blessé une pierre et envoyé une brique à l’hôpital. Je suis tellement méchant que je peux rendre un médicament malade ».

– « Je suis si rapide que lorsque j’ai voulu éteindre la lumière dans ma chambre d’hôtel hier, j’étais dans mon lit avant même que la pièce ne soit sombre. »

– « J’ai été tellement fort qu’ils ont dû créer Rocky, un personnage blanc, pour contrer l’image que je renvoyais sur le ring. L’Amérique a toujours eu besoin de ces images: Jesus, Wonder Woman, Tarzan ou Rocky… »

Sur son impact sur le monde de la boxe: « Les gens ne réalisent pas ce qu’ils ont jusqu’à ce qu’ils ne l’aient plus. Il n’y avait personne comme le président Kennedy. Personne comme les Beatles ou mon pote Elvis Presley. J’étais l’Elvis de la boxe ».

Pour expliquer son changement de nom: « Cassius Clay était le nom d’esclave que l’on m’a donné. Désormais, je suis libre, je n’appartiens plus à personne. Je ne suis plus un esclave, donc je leur rends leur nom de blanc et choisis un superbe nom africain: Mohamed Ali. »

– « J’ai fait beaucoup d’erreurs dans ma vie. Mais si j’ai pu changer en bien une seule autre vie, je n’aurai pas vécu pour rien ».

Au moment d’expliquer sa volonté de ne pas rejoindre l’armée durant la guerre contre le Vietnam: « Je ne suis pas en conflit avec les Viet Congs. Ce ne sont pas eux qui me traitent de nègre ».

L’explication de sa tactique contre Sonny Liston pour son premier titre de champion des poids lourds : « Vole comme un papillon, pique comme une abeille. Ses mains ne peuvent frapper ce que ses yeux ne peuvent voir ». 

 

sources : sports.fr ; wikipédia

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*