Présidentielle 2017 : Les propositions d’Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg, l’ancien ministre, qui avait été candidat à la primaire socialiste de 2011, et qui avait obtenu 17% des suffrages au premier tour avant d’appeler pour François Hollande au second contre Martine Aubry, a décliné sa feuille de route pour l’élection présidentielle de 2017 avec « Le projet France ».

En voici les grandes lignes :

Croissance :

  • Le soutien aux Petites et moyennes entreprises (PME), autour desquelles Arnaud Montebourg souhaite dynamiser le « made in France ». Ce soutien passerait par l’attribution de 80 % des marchés publics aux PME « pendant une période de huit ans, le temps que la France se réindustrialise ». Il propose également l’investissement de « 10 à 20 % » de l’assurance-vie des Français dans les PME et la remise en place d’un « crédit national », car, selon Arnaud Montebourg, la banque publique d’investissement ne finance que « de façon homéopathique » les projets de développement. Cette « banque d’encouragement au risque » cautionnera « 90 % des emprunts, des crédits aux PME, aux TPE, aux start-ups, aux artisans, aux commerçants ».
  • La rénovation thermique des bâtiments dotés de 100 milliards d’euros sur cinq ans pour « faire repartir fortement les PME du bâtiment et du secteur des travaux publics », de façon à ce que l’écologie devienne le « carburant de la nouvelle croissance ».
  • La création d’un « Etat fort », avec la possibilité de « nationaliser temporairement ou partiellement une des cinq grandes banques françaises » pour agir sur l’économie nationale.
  • Le décret de la « fin de l’austérité », soit l’abandon du plafond de 3 % du déficit public autorisé au sein de l’UE.

Pouvoir d’achat :

  • L’annulation des hausses d’impôts de ces cinq dernières années pour les classes moyennes et populaires.
  • L’accès à la propriété grâce à « une baisse de 50 à 70 % par rapport au prix du marché » pour les locataires de logements sociaux, de façon à faire baisser la charge du prix du logement.

Réforme du modèle social :

  • La suspension de la directive des travailleurs détachés, un « dumping social à domicile » qui revient selon Arnaud Montebourg à « importer le chômage des autres pays européens ».
  • La formation des chômeurs « à un nouveau métier » pendant un an sur les 24 mois d’indemnités chômage, financé par l’argent de la formation professionnelle.
  • L’élection au suffrage universel dans chaque région d’un « commissaire chargé de la réduction du chômage » et de la formation professionnelle.

Sécurité :

  • Le rétablissement du « service national, civil et militaire obligatoire pour six mois » pour tous les jeunes hommes et les jeunes femmes.
  • Le rétablissement d’une « police de proximité ».

Réformes européennes et institutionnelles :

  • Le « sauvetage aux forceps de l’Union européenne » en remettant en cause les traités européens sur la base du refus de l’austérité budgétaire et monétaire et de la création d’un « gouvernement économique » de la zone Euro pour « impliquer les citoyens » dans l’avenir de l’Europe.
  • La réduction de l’Assemblée nationale de 577 à 350 députés, dont 50 élus à la proportionnelle afin que les partis politiques « exclus de la représentation parlementaire » soient représentés.
  • La réduction du Sénat à 200 membres dont 100 tirés au sort parmi les électeurs, « un par département, afin d’assurer l’entrée de citoyens dans le système politique » et 100 membres du conseil économique, social et environnemental.
  • La fin de l’utilisation de l’article 49-3, « sauf en matière budgétaire ».
  • Arnaud Montebourg qui fut le promoteur d’une VIe République compte moderniser les institutions en proposant notamment le retour au septennat, mais non renouvelable cette fois.

Arnaud Montebourg parcours

Après les candidatures à la future primaire de gauche de Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche, Benoît Hamon et aujourd’hui Arnaud Montebourg, j’espère qu’il n’en restera qu’un-e pour affronter le candidat François Hollande (s’il y va) avec une véritable ligne « A gauche pour gagner ».

Bon courage à tous les camarades qui s’engagent dans ce combat.

 

lien : http://www.lemonde.fr

1 Comment

  1. Plus de précisions :

    1 La candidature d’Arnaud Montebourg à la présidentielle ne passera par la case « primaires du PS » que si ces dernières sont transparentes, sans mainmise de François Hollande.
    2 Tout en étant de gauche, et surtout parce qu’il est de gauche, il lui est impossible de soutenir le résultat du quinquennat de François Hollande.
    3 Annulation des hausses d’impôt de ces cinq dernières années.
    4 Pendant 8 ans, 80 pour 100 des marchés publics (État, hôpitaux, collectivités locales) seront réservés à des PME travaillant sur le sol français.
    5 Nationalisation temporaire et partielle d’une grande banque acquise par la Caisse des dépôts pour pouvoir agir sur l’économie nationale.
    6 Rétablissement d’un service national, civil et militaire, égalitaire et universel, de 6 mois.
    7 Retour au septennat, non renouvelable, pour un travail du Président dans la durée et sans intérêt personnel (réélection).
    8 Augmenter le pouvoir du Parlement pour éviter la suprématie du Président.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*