Et si Marine Le Pen gagnait ? #LePenNON

En qualifiant Emmanuel Macron et Marine Le Pen au 2nd tour de l’élection présidentielle, les Français-es ont aussi fait le choix de disqualifier les représentants des deux grands partis dits « de Gouvernement » qui se sont succédés depuis plusieurs décennies et / ou ont appelé de leurs vœux un renouvellement des pratiques politiques. Nous devons en tenir compte et en tirer toutes les leçons pour l’avenir.

 

Toutefois, le nombre important de voix cumulées des représentants de la gauche ne doit pas être balayé d’un revers de la main car il témoigne d’un attachement profond aux valeurs de progrès, d’égalité et de justice sociale.

Ces valeurs, dans toutes les villes que le Front National dirige, sont bafouées puisque le harcèlement et les intimidations y sont devenues des méthodes de gouvernance pour empêcher toute expression citoyenne.

Nous refusons que, demain, ces méthodes deviennent des méthodes de Gouvernement.

Pour autant, 7,7 millions de Français-es ont choisi d’accorder leurs suffrages à Marine Le Pen.

Nous, citoyens et citoyennes de gauche, ne pouvons nous résoudre à ce que la représentante d’un parti conservateur, réactionnaire, raciste, anti-européen, prônant des valeurs de repli sur soi et de la haine des autres, accède au pouvoir.

Nous, citoyens et citoyennes de gauche, ne pouvons nous résigner à renoncer à la solidarité, à la liberté, à l’égalité et à la fraternité. Nous refusons que la laïcité devienne un instrument de pression et de rejet entre les mains de Marine Le Pen.

Nous, citoyens et citoyennes de gauche, appelons Emmanuel Macron à la mesure et à la pondération quant à sa toute relative victoire au soir du 23 avril. Nous l’incitons à prendre la responsabilité qui est la sienne et à porter haut les couleurs du Front républicain qui s’est rassemblé derrière lui. Nous l’invitons à la prudence face à l’abstention grandissante qui s’annonce et qui contribuerait à gonfler encore davantage le score du Front National. Nous lui rappelons également que nombre d’électeurs et d’électrices de gauche l’ont porté au 2nd tour en décidant de «voter utile» dès le 1er.

Aujourd’hui, rien n’est acquis. Marine Le Pen et le Front National sont aux portes du pouvoir. Et la nouvelle génération que nous sommes ne peut s’y résoudre en restant spectatrice de ce qui serait un désastre pour toutes les générations à venir.

Nous n’acceptons pas la présence banalisée au second tour d’un Front National qui dépasse désormais les 20%. Alors qu’en 2002, les partis, les médias et toute la société civile sous le choc s’étaient dressés contre le Front National, force est de constater qu’en 2017 l’apathie a remplacé la colère et la mobilisation. Cette situation est aussi mortifère que dangereuse. La culpabilisation des électeurs est devenue de plus en plus contre-productive, c’est pourquoi nous appelons les uns et les autres à voter en conscience: il y a une candidate non républicaine et un candidat républicain.

Nous, citoyens et citoyennes de gauche, de la nouvelle génération, appelons tous-tes les républicain-e-s de France à se réveiller et à marcher ensemble contre Marine Le Pen !

Ne nous résignons pas.

 

 

Premiers signataires :

Elodie Jauneau, Conseillère municipale à Yerres (91) Damien Mariller, Graphiste (91) Nastassja Naguszewski, Militante PS (91) Insaf Rezagui, Secrétaire de section du PS à Fréjus (83) Adrien Derain, Chargé de communication (91) Alizee Ostrowski, Chargée de mission en association (75) Fatine Ahmadouchi, Conseillère municipale de Bondy (93) Margaux Antoine Fabry, Adjointe au maire de Metz (57) Stefano Badini, Etudiant à Sciences Po Aix, bénévole associatif (13) Kevin Bagdady, Militant PS à Fréjus (83) Sébastien Baguerey, Consultant affaires publiques (67) Kevin Barats , Conducteur accompagnateur (91) Benoît Baudu, Militant PS du Havre (76) Faten Ben Ahmed , Présidente de l’association Vigneux Comme Une (91) Bénédicte Bousson-Janeau, Maire adjointe PS Villeneuve St Georges (94) Matthieu Brasse, Conseiller municipal du Havre (76) Bastien Brunis, Fondateur de Solicom (95) Ali Celik, Directeur de la pépinière d’entreprises de La Courneuve (93) Sandrine Charnoz, Conseillère de Paris (75) Victor Colombani, Ancien Président de l’UNL (75) Ninuwé Descamps, Elue d’opposition à Pourrières (83) Antoine Detourné, Conseiller municipal d’opposition à Arras (62) Yanis Djaout, Enseignant (95) Jade Dousselin, Avocate (75) Jean-François Dupland, Responsable marketing (95) Antonin Fresil, Assistant d’éducation (14) Amélie Germain, Jeune écologiste (75) Victor Grezes, Militant associatif et entrepreneur (03) Ayda Hadizadeh, Candidate aux législatives (95) Charlène Jouangy, Collaboratrice parlementaire (75) Medhy Labidi, Secrétaire de section de Noisy-le-Sec (93) François Lannuzel, Coordinateur régional PACA — MJS Romain Laugier, Etudiant (75) Charles Lenoir, Militant PS du Trait (76) Julie Lesage, Adjoint au maire de Grand-Couronne, conseillère départementale de Seine-Maritime (76) Dounyazad Madjidi, Conseillère municipale d’Hénin-Beaumont (62) Paul Mehu, Cadre associatif (75) Arnaud Mouillard, Educateur spécialisé (76) Matthieu Pasquio, Conseiller municipal et secrétaire de section de Palaiseau (91) Julien Pfeiffer’ova, Secrétaire fédéral PS 91 Mathilde Reydellet, Conseillère d’orientation psychologue (14) Assia Rezagui, Collégienne, militante PS à Fréjus (83) Elise Rondin, Etudiante en droit international (44) Thomas Scuderi, Adjoint à la ville de Metz (57) Oussouf Siby, Assistant parlementaire (93) Slimane Tirera, Cadre associatif (93) Etienne Valois, Salarié du secteur associatif (44) Martin Vettes, Avocat (75) Stéphanie Vovor, Etudiante (75) Cécile Zouzou, Cheffe d’entreprise et administratrice d’une association (91)…

 

1 Comment

  1. Je pense que les partis « traditionnels » ont tout fait pour que le FN soit au second tour. Ils pensaient que face à Le Pen, ils étaient sûrs de gagner. Et là… c’est l’affolement général car les gens (et j’en fait partie) en ont marre qu’on leur fasse régulièrement le coup du vote utile ou du vote pour faire barrage ! Alors oui… il y a la grande crainte du FN en tête, mais je ne veux pas, je ne pourrai pas, mettre un bulletin Macron dans l’enveloppe. Et si, hélas, c’est Le Pen qui passe, franchement… ce ne sera pas moi la responsable. Il fallait y réfléchir avant et faire en sorte qu’elle n’arrive pas au second tour ! Je suis triste, déçue et en colère.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*