Olivier Faure, DRH du PS plutôt que dirigeant ?

Aujourd’hui dans « Ouest France », le député Olivier Faure, candidat au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, a fait une déclaration particulièrement ambiguë :

« C’est le problème de ce parti, qui a progressivement asphyxié ses propres talents qui ne demandent qu’à être entendus. C’est d’ailleurs certainement pour cela que certains ont pris un chemin parallèle avec La République En Marche, pour forcer le destin. Cela ne les excuse pas, mais il y a là une part d’explication à certaines désertions. »

Cette déclaration peut être inquiétante à plus d’un titre car elle démontre son état d’esprit.

Le principal problème du PS serait donc d’avoir asphyxié ses talents (on notera une rhétorique plus proche de celle d’un DRH que de celle d’un dirigeant de parti) et non d’avoir soutenu par défaut pendant 5 ans une politique gouvernementale qui était contradictoire avec les engagements de la campagne présidentielle DE 2012 (ratification du traité Merkozy, Pacte de Responsabilité, lois Macron et El Khomri, déchéance de nationalité…), incomprise des Français et de ses propres électeurs – pas incomprise par manque de « pédagogie » mais parce qu’elle était tout bonnement incompréhensible – et aussi contradictoire avec les orientations successives du PS (pourtant très modérées) lors des congrès de 2012 et 2015.

Le problème ne serait pas non plus que les anciens membres du PS étaient disponibles pour appliquer une politique au néolibéralisme assumé.

Le problème n’est pas non plus que le groupe « Nouvelle Gauche » qu’il préside se soit scindé en 3 expressions différentes lors du vote de confiance au gouvernement Macron-Philippe.

Pour Olivier Faure, seul le changement de parti est inexcusable, dans ce cas il suffirait simplement qu’ils reviennent au bercail, indépendamment des orientations défendues.

Cet état d’esprit explique les ambiguïtés du président du groupe en juin dernier lorsqu’il disait que « les parlementaires socialistes pouvaient être les bons amis de la majorité parlementaire ».

Il y a une phrase à retenir dans le texte d’orientation qu’il soumet aux militants socialistes pour le congrès du PS :

« notre manière de gouverner n’a pas été comprise », puis, plus loin « ce bilan sera progressivement plus justement apprécié par les Français ».

Tout est dit ! Cela résonne avec « l’opposition de gauche ET RESPONSABLE » que prône ce texte.

Olivier Faure pourrait répondre : « mais à ce moment-là on ne savait pas que Macron serait aussi à droite ».

Pourtant cela était marqué noir sur blanc dans le programme de Macron !

Les ordonnances Travail, l’austérité pour l’assurance maladie, la baisse de l’ISF avec son remplacement par « l’impôt immobilier », le « contrat-ultimatum » avec les collectivités locales sur les dépenses de fonctionnement. Certes la baisse des APL et des emplois aidés n’étaient pas inscrits mais ce n’est pas cela qui doit décider que l’on est dans l’opposition ou la majorité !

Bref un PS dirigé par Olivier Faure ne s’interdira pas de voter avec LREM, entretiendra la confusion qui a conduit ce PS à 2,5% et 6,5% aux dernières élections législatives partielles, et qui pourrait finir par le transformer en Parti Radical de Gauche du parti de Macron.

 

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*