Handicap : le gouvernement supprime une prime d’activité pour les personnes en situation de handicap

Alors que le handicap a été érigé en grande cause du quinquennat d’Emmanuel Macron, près de 500.000 personnes en situation de handicap vont voir leur pouvoir d’achat stagner et même baisser.

Parmi les promesses de campagne du président de la République figure l’augmentation de l’allocation adulte handicapé de 100 euros pour environ un million de personnes. Mais cette hausse (en trompe l’oeil pour la moitié des bénéficiaires) cache en réalité la disparition d’un autre dispositif.

Le gouvernement a ainsi purement et simplement supprimé la prime d’activité dont bénéficiaient les salariés en situation de handicap qui travaillent et qui touchent, suite à un accident ou une maladie, une pension d’invalidité ou une rente accident du travail-maladie professionnelle, soit une perte moyenne de pouvoir d’achat de 158 € par mois selon plusieurs associations (APF, Unafam, Unapei, AFM-Téléthon …).

« Il y a potentiellement 250.000 personnes éligibles, et comme il n’y a pas assez de personnes qui la demandent, on la supprime !« , selon Véronique Bustreel, conseillère nationale emploi-formation à l’Association des Paralysés de France (APF) qui s’exprimait récemment sur Sud Radio.

Selon Madame Bustreel, près de 68.000 personnes lourdement handicapés vont ainsi voir leur pouvoir d’achat baisser l’an prochain. « Le gouvernement a décidé de supprimer une allocation qui existe maintenant depuis 13 ans pour les personnes très lourdement handicapées vivant seules à leur domicile, en fusionnant deux types d’allocations qui ont des critères très différents. Les personnes qui perçoivent l’allocation la plus élevée vont la perdre. Ce complément de ressources qui va être perdu dès janvier 2019 représente quand même 180 euros par mois…« .

Cette décision s’ajoute à d’autres.

En effet, par exemple les bénéficiaires de l’AAH (Allocation aux adultes handicapés) vivant en couple ne verront pas leur pouvoir d’achat augmenter (230.000 personnes concernés selon plusieurs associations), les bénéficiaires du complément de ressources ne verront quasiment pas leur allocation augmenter, voir subiront même une diminution (65.000 personnes selon plusieurs associations), sans oublier les pensionnés d’invalidité qui ne peuvent travailler ainsi que les aidants percevant le dédommagement de la PCH (Prestation de compensation du handicap) qui sont impacté par la hausse de la CSG.

Ces décisions sont contradictoires avec les engagements d’Emmanuel Macron concernant l’amélioration du pouvoir d’achat de TOUTES les personnes en situation de handicap.

 

Une pétition lancée par de nombreuses associations est à signer ici : https://www.change.org/p/handicap-maladie-stop-precarite

 

A lire : Handicap : Hausse en trompe-l’œil de l’AAH

 

 

3 Comments

  1. Monsieur Emmanuel Macron imaginez vous atteint d une maladie ou victime d accident très grave.ne croyez vous pas que vous réalisez une très grave erreur .de la part d une personne handicapée sans AAH et SDF .pas merci Notre soit disant grand frère Emmanuel …..

  2. Moi jai 810 par moi je paye tout jai aucune aide je tres malade et pendant 2 semaine je reste sans argent avec ma fille ces pas normale et ceu qui son au RSA plein de trafics on droit a tout nous on et malade javez demande le complement de ressource et ma fille ne percoi pas de pension tout les mois je dépose plainte pour la pension de qui ce moque ton on et tous mal ya pas de loi et rien nes juste meme malade je vez me mettre au RSA je sui a 79 poucent crs degueulase on na droit a rien ces normal macron il devrez etre en situation de handicap et malade cela fait troix an que je fait une mutation cause de mes maladie abec dossier medical jai tout fait mais il on des preference degueulasse

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*