Chanson du Dimanche : LES FATALS PICARDS – Mon père était tellement de gauche

 

Retrouvez ci-dessus et en live ci-dessous, la chanson « mon père était tellement de gauche » des Fatals Picards.

Une de mes chanson préférée, avec un texte qui sonne très juste à mes oreilles :

On ne choisit pas son enfance, on ne m’a pas laissé être droitier

Mon père ne m’emmenait jamais au square

Mais au réunion de comité

Mon père était tellement de gauche

Qu’on habitait rue Jean Jaurès

En face du square Maurice Thorez

Avant d’aller vivre à MontRouge

On a été en URSS l’hiver

Les pays de l’est c’est mieux l’hiver

On voit bien mieux les bâtiments

Les nuances de gris ca flash sur le blanc

Devant la statue de Lénine pour nous c’était le grand frisson

– 24 c’était pas terrible mais les Chapka étaient en option

Mon père était tellement de gauche

Que quand est tombé le mur de Berlin

Il est parti chez Casto’

Pour acheter des parpaings

On mangeait des « Lenin’s Burger »

Fallait vraiment faire attention

Y’avait des choux, des pommes de terre, la viande elle était en option

On achetait du « Coca Kolkhoze » approuvé par le comité

Ca devait soigner la silicose, on s’en servait pour désherber

On regardait pas la contrebande, on regardait pas la corruption

La Sibérie c’était Disneyland, le discernement en option

Mon père était tellement de gauche

Qu’à son mariage dans l’église

On chantait l’Internationale

Les femmes portaient des faucilles

Mon père était tellement de gauche

Qu’on a eu tout plein d’accidents

Il refusait la priorité à droite systématiquement

Mes copains se foutaient de moi tout le temps

Car à l’école au premier rang

J’avais les lunettes de Brejnev

Et le dentier d’un Tupolev

Mon père était tellement de gauche

Qu’en 81, il croyait que ca changerai

J’sais pas quelle tête il aurait fait en 2002 en allant voter

Et même si tout ce que je raconte n’est pas tout à fait vrai

Le socialisme comme paradis, nous on y croyait

Mon père était tellement de gauche

Que lorsqu’il est parti

La gauche est parti avec lui…

 

 

 

3 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*