Normandie : de grands discours et une forte mobilisation au Meeting de Nicolas Mayer-Rossignol à Val-de-Reuil #AvecNMR

 

Hier soir, le 30 octobre 2015, avait lieu un grand meeting de la liste emmenée par Nicolas Mayer-Rossignol (NMR), à Val-de-Reuil (Eure) commune administré par Marc-Antoine Jamet, également vice-président de la région Haute-Normandie.

Pour l’occasion, les ministres Normands, Laurent Fabius (Affaires étrangères), Bernard Cazeneuve (Intérieur), Clotilde Valter, secrétaire d’État chargée de la réforme de l’État, ainsi qu’un parterre d’élus venus des cinq départements de la nouvelle normandie (Seine-Maritime ; Eure ; Calvados ; Manche ; Orne) et plus de 2000 personnes étaient présentes.

Sur la scène, la dynamique Laura Slimani, Présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) et des Jeunes Socialistes Européens et candidate sur la liste de NMR en Seine-Maritime, était là pour accueillir les intervenants et jouer le maîtresses de cérémonie.

Voici une petite compilations des discours des différents intervenants :

 

Marc-Antoine JAMET , Maire de Val-de-Reuil

« Après avoir lâché Antoine Rufenacht, après avoir lâché François Bayrou, le voilà qui s’apprête à lâcher un Sarkozy bling-bling pour un Bruno Le Maire gnan-gnan. Il est à la politique ce que Secret story est à la télévision. »

 

Laurent BEAUVAIS, Président de la Région Basse-Normandie

« Beaucoup d’émotion, ce soir. Depuis 10 mois, nous somme rassemblés. J’ai pris une décision (NDLR de laisser sa place comme chef de file aux élections régionales), en janvier, une décision difficile, mais j’en suis fier. Je suis à tes côtés, Nicolas, je tiendrai ma place ! Nos actions sur le territoire nous rendent légitimes pour gérer la grande Normandie. »

 

Laura SLIMANI, Présidente du MJS et des Jeunes Socialistes Européens

Celle-ci rappela notamment que « 100 % des Lycées normands ont été rénovés depuis 2004 », que « le chômage des jeunes baisse en France et en Normandie » et que « La Normandie, il y a ceux qui en parlent et ceux qui la font. »

 

Valérie FOURNEYRON, députée de Seine-Maritime, ancienne maire de Rouen, ancienne ministre des Sports

« La Normandie de gauche, c’est celle qui a fait de la jeunesse sa priorité. La Normandie de gauche, c’est une terre de solidarité. La Normandie de gauche, c’est une terre de conquête et d’ambition, où le chômage recule. La Normandie de gauche, c’est celle qui est la mieux gérée de France. »

 

Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur

« Quand je suis arrivé en Normandie, cet après-midi, j’ai pensé aux impressionnistes, j’ai pensé à Barbey d’Aurevilly. Je me suis dit : on ne peut pas laisser la Normandie à Hervé Morin… Un ancien ministre de la Défense qui a supprimé des dizaines de milliers d’emplois, qui fait partie d’un camp qui a affaibli l’État. Nous n’avons pas à recevoir de leçons d’eux ! »

Le ministre de l’intérieur, élu dans la Manche, a rappelé que lors du débat à l’Assemblée nationale sur la réforme territoriale, qui prévoyait la réunification de la Normandie, Hervé Morin n’avait eu « aucun mot », et n’avait proposé « aucun amendement » sur cet événement historique. « Ce jour-là, il devait être au conseil régional », a-t-il plaisanté en faisant allusion aux absences du candidat de la droite à la Région quand il y était élu..

 

Laurent FABIUS, ministre des affaires étrangères

« Ce soir, je voudrais vous parler local. C’est d’abord l’unité, l’unité de la Normandie. Ce n’était pas facile à faire. Certains en ont beaucoup parlé, mais ne l’ont pas faite. Il serait immoral que demain, ce soit ceux qui n’ont rien fait qui l’administrent. L’unité, c’est l’équilibre entre le territoires. Avec la liste conduite par Nicolas, cette unité sera assurée. »

L’ancien premier ministre s’est ensuite lancé dans un éloge à NMR : « J’ai rencontré pour la première fois Nicolas Mayer-Rossignol en 2007. Immédiatement, j’ai accroché. Les personnes qui ne demandent rien, sauf simplement servir, il n’y en a pas beaucoup. Ensuite, nous avons travaillé ensemble, j’ai apprécié ses qualités. 2010, Nicolas rentre au Conseil régional. 2014, il en devient président. Je ne connais personne qui ait mis en cause sa compétence, son dévouement à la chose publique. Ce n’est pas si fréquent que quelqu’un ait une grande vision pour la Normandie, tout en ayant le sens du concret. Ce n’est pas si fréquent que quelqu’un soit d’une intelligence si brillante, et à la fois d’une simplicité désarmante. Avec lui, la politique retrouve son crédit. Ça se jouera à peu de choses, mais, le 13 décembre, la Normandie sera l’une des Régions où nous pourrons gagner. »

 

Nicolas MAYER-ROSSIGNOL, Président de la Région Haute-Normandie

« Oui la gauche est là, debout ! Et l’Histoire retiendra que c’est ce gouvernement qui a eu le courage de faire cette Normandie. On nous dit souvent, comme une critique, que nous sommes trop proches de Bernard Cazeneuve, de Laurent Fabius. J’en suis fier. Ce soir, il y a quelqu’un que je voudrais citer, c’est Alain Le Vern. Il m’a beaucoup appris. Un mot pour Laurent Beauvais. Les choix que nous avons faits, politiques, et personnels, sont des choix qui honorent la Normandie, et qui l’honorent. Aux combats des chefs, nous avons tout simplement préféré des chefs au combat. Pour la Normandie. Au 1er janvier 2016, la nouvelle assemblée trouvera une Région prête. La Normandie a ses atouts formidables, naturels, économiques, industriels, culturels. Notre Région est celle qui est la mois endettée de France. Nous voulons porter un projet pour tous les Normands, où qu’ils habitent. Certains préfèrent, par manque de programme, jouer à diviser, à opposer les villes les unes contre les autres. La réunification de la Normandie c’est pas Intervilles. Nous ne ferons pas dans cette campagne de fausses promesses. Ce qu’attendent les gens, ce sont les engagements. Nous porterons un projet, sans faire de fausses promesses en faveur d’une région où il fait bon vivre : en faveur de la santé – et seule la gauche peut le faire -, en faveur des transports, du très haut débit, l’éducation. L’éducation, c’est le premier sujet, le premier projet, pour la Normandie, demain. La Normandie doit faire honneur à son Histoire. Ce n’est pas n’importe quelle région. L’Histoire commande à la Normandie de demain d’être exemplaire : sur les droits de l’homme, la laïcité, l’égalité. N’enfermons pas non plus la Normandie dans une image d’épinal. La Normandie, c’est bien sûr les plages du Débarquement, Rollon. Mais c’et aussi le prochain Français dans l’espace, c’est aussi le metteur en scène Thomas Jolly. Nous vivons un moment historique, en Normandie ».

 

De grands discours et une belle mobilisation !

 

Je n’ai aucun doute sur le fait que Nicolas MAYER-ROSSIGNOL sera un très bon Président de la nouvelle Région Normandie comme il l’est pour l’actuelle région Haute-Normandie. Au delà d’un bilan positif avec un très faible niveau d’endettement, NMR est un Président jeune, dynamique, disponible, innovant, efficace, présent sur le terrain et qui connait ses dossiers. Il a toute ma confiance.

 

 

2 Comments

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*