« You and I », l’album posthume inédit de Jeff Buckley

Près de 19 ans après sa disparition dans les eaux du Mississippi le 29 mai 1997, un morceau inédit de Jeff Buckley a été publié : « I Know It’s Over » qui est une reprise des Smiths. Jeff Buckley sublime la chanson, d’une voix tremblante de sincérité et d’émotion. Le titre s’accompagne également d’un clip réalisé par la portraitiste Amanda Demme (voir ci-dessus).

Cette chanson préfigure un nouvel album posthume « You & I » qui doit sortir le 11 mars prochain.

jeff buckley you and i pochette album

Le disque abrite huit reprises ainsi que deux chansons originales : « Grace » qui a donné le titre de son seul album officiel sorti en 1994 ainsi que « Dream of you ».

Ces titres enregistré en 1993 qui n’ont pas été entendus pendant plus de deux décennies ont été découvertes pendant les recherches effectuées pour le 20ème anniversaire de l’album Grace.

Elles révèlent l’éclectisme du talent extraordinaire et des goûts musicaux de Jeff Buckley. Les reprises figurants sur cet album incluent les interprétations très personnelles de chansons écrites par Bob Dylan (« Just Like a Woman ») ; Sly & the Family Stone (« Everyday People ») ; Ray Charles (« Don’t Let the Sun Catch You Cryin’ ») ; Jevetta Steele (« Calling You » enregistré pour le film Bagdad Café); The Smiths (« The Boy with the Thorn in His Side » et « I Know It’s Over ») ; John Lomax (« Poor Boy Long Way from Home ») et Led Zeppelin (« Night Flight »).

Envoyé à l’époque en studio par son label, Columbia, « s’aguerrir aux techniques et conditions d’enregistrement, sans obligation de résultat, sans but, sans contraintes« , il a enregistré ces titres au Shelter Island Studio en février 1993, à New York, raconte les Inrocks. « Pour s’étalonner, le prodige choisit surtout des reprises, sur lesquelles son effarante musicalité prend déjà le dessus sur les facéties. »

Fils du chanteur Folk Tim Buckley, mort à 28 ans d’une overdose en 1975 et de la pianiste Mary Guibert, Jeff Buckley a été influencé par de nombreux courants musicaux, tels le rock, la folk ou encore le jazz, ainsi que par des artistes comme les Beatles, Simon et Garfunkel, Lou Reed, Led Zeppelin, Nina Simone et même Édith Piaf.

Jeff Buckley a eu une influence considérable dans le monde musical des années 90. Il est notamment un des principaux inspirateurs de la vague pop/rock dite mélancolique et des groupes comme Radiohead (dont la chanson « Fake Plastic Tree » fut écrite par leur chanteur Tom Yorke en revenant d’un concert de Buckley), Coldplay, Muse, Starsailor ou Damien Rice reconnaissent l’influence qu’a eu Jeff Buckley pour eux.  Pour Ben Harper, « Buckley a réussi l’album parfait du premier coup ». Jimmy Page, le fondateur de Led Zeppelin considère même « Grace » comme le meilleur album de la décennie 90.

Jeff Buckley est considéré comme l’un des musiciens majeurs des années 90 et comme l’un des 100 plus grands chanteurs de tous les temps (Rolling Stone). Il est l’auteur d’un unique album solo de son vivant, Grace (plus de 600.000 albums vendus en France). Sa plus grande notoriété arrive peu après sa mort précoce par noyade à l’âge de trente ans.

 

5 Commentaires le « You and I », l’album posthume inédit de Jeff Buckley

  1. Encore un !!

  2. ça c’est vraiment exhumer tout ce que jeff n’avait peut ètre pas envie de dévoiler. mary

  3. Yep c’est vrai que sa popularité a été exceptionnelle juste après sa mort (et se prolonge donc aujourd’hui). Début 2000, ayant organisé une soirée hommage avec le Label Columbia dans un Bar bordelais (pour ma part je ne le connaissais même pas sauf à avoir entendu Hallelujah au débotté) et ayant assuré une communication minimum dans le milieu étudiant, on s’attendait à une cinquantaine de personnes présentes, on en a eu près de 1500, fan de chez fan !

  4. bonjour,
    J’écouterai cette album à sa sortie.
    Cependant fan des Smiths, son interprétation de « I Know It’s Over » me laisse sceptique, c’est mou, très mou. Il passe à coté de cette chanson, Morrissey commence doucement et s’exalte pour marquer ce sentiment de rage, de dépit qui lui fait dire : je sais, c’est fini.
    La version originale : https://www.youtube.com/watch?v=bAJ_74tDZzU
    Je suis curieux d’entendre sa version de « The Boy with the Thorn in His Side ».
    Cette version de « I Know It’s Over » me fait penser à la version de Laurent Voulzy quand il a repris « light my fire » des Doors : Ici . (pour les fans attention ça pique aux oreilles)

  5. La voix de Jeff transcende tous les genres. C était un artiste singulier et cet album de « reprises » le prouve encore…À savourer sans modération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*