Propositions pour l’accompagnement des malades Alzheimer et de leurs aidants #ConseilCitoyen #Alzheimer

 

Voici ma contribution sur le site https://conseilcitoyenhamon2017.fr de Benoît HAMON où je fais des propositions concernant l’accompagnement des malades Alzheimer et leurs aidants.

 

Constat :

850.000 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de maladie apparentées en France

Le nombre de malades devrait passer de 850.000 aujourd’hui à 1,4 million en 2050.

Aujourd’hui entre 4 et millions de français sont considéré comme aidants familiaux.

 

Coût financier énorme : 19 milliards par an !

La maladie d’Alzheimer coûte plus de 19 milliards par an en France : http://arnaudmouillard.fr/2015/09/18/la-maladie-dalzheimer-coute-plus-de-19-milliards-par-an-en-france-alzheimer/

– 5,3 milliards d’euros pour les coûts médicaux et paramédicaux

– 14 milliards à la charge des familles

 

Coût social immense :

Le « coût social » est également lourd : les aidants sont épuisés (près de 30% des aidants meurent avant leur proche malade) : burn out,

se coupent de vie sociale, perdent des revenus…

En effet, les proches communément appelés « aidants » sont également touchés par ricochets par les effets dévastateurs de la maladie. 

A ce jour en Europe, la maladie d’Alzheimer représente la première cause d’épuisement des aidants et d’entrée en institution. 

Elle représente un véritable défi de santé publique pour nos sociétés.

 

Propositions :

– Favoriser le diagnostic précosse de la maladie, plus le diagnostic sera fait tôt, plus vite un accompagnement de qualité pourra avoir lieu

– Augmenter le nombre de place en accueils de jours

– Développer des maisons des aidants pour faciliter le répit de l’aidant et l’accompagnement de la personne malade

– Poursuivre le développement des Equipes Spécialisées Alzheimer (ESA) et des MAIA (Les Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer)

– Aide au développement du baluchonnage qui est une solution de répit proposée aux aidants : remplacement au domicile de l’aidant par des professionels (sur un ou plusieurs jours)

– Comme le préconise l’ALCOVE (ALzheimer COoperative Valuation in Europe) dans rapport datant de 2013 ( http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1369079/fr/cooperation-europeenne-sur-la-maladie-d-alzheimer-alcove-publie-ses-recommandations )

Favoriser les interventions psychosocial au domicile des malades et de leurs aidant par un professionel référent afin de proposer du répis aux aidants, proposer des activités de stimulations cognitives aux malades (exemple : le métier d’Alzami créé par l’Entreprise Social et Solidaire OLOGI à Rouen – http://ologi.fr ).

– Poursuivre l’augmentation de l’Allocation Personnalisé à l’Autonomie (APA) pour diminuer le coût de l’accompagnement des malades Alzheimer.

– Création d’un service public de la dépendance : 

avec des professionnels pouvant former les aidants, les accompagner dans les démarches, permettre un temps de répit, proposer des activités de stimulation cognitives aux personnes malades, que chaque personnes malades Alzheimer ou de maladie apparentées bénéficie d’un Projet Personnalisé…

 

Objectifs :

– Diminuer le burn out chez les aidants : un aidant bien aidé, accompagné, conseillé à moins de risque de s’épuiser

– Favoriser un « mieux être » chez les personnes malades : moins d’hospitalisation, recul de l’entrée en établissement, diminution de médicament

– Economique : Mettre les moyens financiers nécessaire à un accompagnement de qualité (augmentation de l’APA, personnels formé aidant à domicile…) à certes un coût mais ce coût sera bien plus élevé s’il n’y a pas d’accompagnement de qualité : hospitalisations plus nombreuses, entrée en EHPAD précoce, traitements médicaux, dépressions, burn out…

 

Je précise que j’ai été Intervenant Psychosocial Alzami chez l’entreprise Sociale et Solidaire rouennaise OLOGI pendant près de 5 ans.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*