On est tous le cheminot de quelqu’un

Invité le 3 mars dernier sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché », Olivier Besancenot, porte parole du NPA a livré un plaidoyer vibrant contre « le poison de la division » exploité selon lui par le gouvernement pour imposer sa réforme de la SNCF. (voir vidéo ci-dessus)

« Le comble du comble, c’est qu’on vit dans un monde où ceux qui gagnent 150.000 euros par mois en exploitant les autres arrivent à convaincre ceux qui vivent avec 1500 que la cause de leur problème sont ceux qui vivent avec 2000 ou avec 500« , a-t-il déploré.

« Ouais, on peut se dire ça. ‘Moi je vais pas bouger un petit doigt pour les cheminots parce que je n’ai rien à voir avec leur statut. Je vais pas bouger pour les enseignants parce qu’ils ont trop de vacances. Je vais pas bouger pour les chômeurs parce qu’il y a des abus. Les étudiants ils pourraient faire un petit effort avec les 5 euros d’APL’. Le jour où vous allez être attaqué par une mesure, venez pas pleurer si vous êtes tout seul.« 
(…)

« On est tous les cheminots de quelqu’un d’autre à ce jeu là. Si en tant que travailleur, salarié, chômeur ou retraité, tu commences à penser qu’un autre travailleur, simplement parce qu’il a un acquis social que tu n’as pas, tu penses que c’est un privilégié, alors n’oublie jamais qu’en retour, tu vas avoir le même discours qui va te concerner dans pas longtemps« .

« Qu’on gagne ou pas cette bataille, elle mérite d’être menée« , a-t-il conclu.

Je partage totalement ces propos.

 

1 Comment

  1. Macron supprime quasiment l’ISF, fait des cadeaux fiscaux aux plus aisés.

    Mais à part ça les privilégiés ce sont les cheminots, les retraités, les chômeurs ou les migrants…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*